Zimmet schnitte : du pain perdu

Dans le temps lointain où les boulangers fabriquaient du pain sous forme de miche, tu achetais un pain pour plusieurs jours que tu enveloppais d’un torchon pour qu’il ne sèche pas. C’était un gros pain à la farine grise qui levait doucement, longtemps était pétri et levait encore longtemps, façonné il cuisait dans un four à bois qu’un apprenti avait chauffé, parce que le boulanger s’occupait alors de Hannele – Pomponnette en version Ashkénaze , mais ça c’est une autre histoire.

Le pain alors, avait une croûte épaisse et craquante et une mie dense, parfumée. Tu coupais une tranche dans la miche ronde puis tu la recoupais encore en deux ou trois portions ; ce morceau suffisait à te caler quand tu rentrais de l’école.

Tu tartinais du beurre baratté si tu en avais ou comme en Ashkénazie du Schmalz -de la graisse d’oie parfumée à l’oignon, ne pleure pas, ton cholestérol à l’époque personne ne savait qu’il était là.

Avec le reste de ta miche de pain, quand arrivait le moment où elle avait bien durci, tu coupais les dernières tranches pour faire du PAIN PERDU. Le croûton ne partait pas aux cochons on est ashkénaze t’as oublié ; le croûton on en faisait de la chapelure pour faire des klops des boulettes de viandes.

pain   pain (2)

En Ashkénazie occidentale ; je vois que là tu fronces les sourcils, tu cherches mais as du mal à situer cette région ; c’est-à-dire entre le sud de l’Ouest de l’Allemagne et les premiers contreforts des Vosges, on appelle ça Zimmet Schnitte parce qu’on y met de la cannelle et que ce sont des tranches, les Allemands toujours simples lui donnent au moins quatre noms différents, les Américains et les Anglais nomment ça French Toast et de toute façon je te conseille de ne pas en manger là-bas, le pain est industriel et c’est tout le contraire de l’esprit du pain perdu.

Chez moi le pain perdu est un dessert, un petit-déjeuner, un goûter ; n’importe quelle occasion est bonne pour en faire. Parfois je pousse le vice à acheter un pain de campagne juste pour le laisser rassir pour faire du pain perdu, c’est te dire à quel point on aime ça. J’en régalais mes enfants, leurs cousins, leurs amis et maintenant mes petits-enfants.

Premier conseil tu n’achètes JAMAIS de pain de mie industriel ou de la baguette qui ne soit fabriquée par ton boulanger. Tu peux utiliser un reste de brioche maison mais déjà on s’éloigne de l’esprit du pain perdu.

Le pain perdu doit tremper dans une préparation simplissime à base d’œufs et de lait et il faut lui laisser le temps de se gorger de ramollir, d’absorber, il te le rendra dans ton assiette.

C’est un plat qu’un enfant peut faire, mais le plaisir du pain perdu c’est l’attente. Qui sera le premier servi. Si tu as une grande famille utilises une grande poêle cela évitera que ta cuisine résonne de cris divers et d’insultes.
pain_perdu

 

Pour 6 personnes ayant bon appétit (Dieu merci, il a bon appétit disait Benjù à propos de mon  fils) prévoit 18 tranches de baguettes de la veille ou 12 tranches de pain de campagne ayant deux ou trois jours

4 œufs de belle taille 4 verres de lait entier (c’est encore meilleur en ajoutant un peu de crème) 1 gousse de vanille que tu grattes ou ½ cuiller à café de vanille en poudre

Prends un grand saladier pour ne pas salir partout. Bats les œufs en omelette ajoute la vanille et le lait, fouette bien. Mets le pain à tremper quelques minutes qu’il se gorge de ce mélange

Sors une grande poêle (jamais de téflon pour ta santé, merci) , prends un gros morceau de beurre, fais chauffer ta poêle comme si tu faisais des crêpes, fais fondre le beurre et quand il commence à mousser, prestement  ( ou rapidement si tu préfères) , mets tes tranches de pain imbibées à dorer, retourne laisse encore dorer saupoudre d’un peu de sucre et laisse encore cuire des deux côtés, cela caramélisera dans le beurre,  puis sur le plat de service saupoudre généreusement de sucre et de cannelle. certains arrosent de sirop d’érable mais pas chez nous, certains y mettent du miel, j’admets que cette variante a du sens historique. N’oublie pas la cannelle.

Tu passes un morceau de papier absorbant dans ta poêle puis tu remets du beurre n’économise pas sur ce point et tu continues ta série, pendant ce temps les voraces auront mangés la première série et seront là à te tendre leurs assiettes avec des yeux d’épagneuls bretons.

Quand tu as épuisé ton stock tu dis aux enfants de ranger et de laver la vaisselle, toi tu sors sur la terrasse, tu t’assieds et tu manges en écoutant les cigales de la fin d’après-midi.

 

pain_perdu_03

 

 

 

 

 

 

Souvenirs d’enfance 1942 – Agen 

L’odeur de la cannelle, du sucre cuit et le grésillement du beurre nous attiraient dans la cuisine comme des aimants, nous tournions autour des poêles avec interdiction formelle de goûter. Quelques minutes plus tard les tranches dorées, sucrées étaient présentées dans un plat d’argent, vestige de notre exode, le dessert des pauvres en habit de fêtes.

 

 

Share and Enjoy

  1 comment for “Zimmet schnitte : du pain perdu

  1. 3 août 2013 at 23 h 18 min

    J’aime bien cette piece, comme tu sais je fais du « French Toast » ou « wentelteefjes » en Neerlandais. De qui est-ce-que c’est le souvenir d’enfance 1942 Manuela? Pas toi,tu es trop jeune pour ça, mais qui?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *